Institut Jean Nicod

Accueil du site > Séminaires & Colloques > Soutenances de Thèse et HDR > Soutenance de thèse - Slawa Loev - "Affectivisme Intellectuel : les (...)



Soutenance de thèse - Slawa Loev - "Affectivisme Intellectuel : les Expériences Intuitives sont des Sentiments Épistémiques"

 

La soutenance aura lieu le mercredi 18 décembre 2019 à 14h30 , à l’École Normale Supérieure, 29 Rue d’Ulm, salle Ribot (rez-de-chaussée, en face de l’Espace Curie ).



Le jury sera composé de :

François RECANATI (Collège de France, Président du Jury)

Bénédicte VEILLET (University of Michigan – Flint)

Fabrice TERONI (Université de Genève)

Kathrin GLÜER-PAGIN (Stockholm University)

John BENGSON (University of Wisconsin–Madison)

Elisabeth PACHERIE (CNRS, Directrice)

Jérôme DOKIC (EHESS, Co-Directeur)

 

« Affectivisme Intellectuel : les Expériences Intuitives sont des Sentiments Épistémiques »

Résumé de thèse :

La question directrice de la présente thèse est : « Quel type d’états sont des intuitions ? » Nous appelons la réponse développée ici Affectivisme Intellectuel. L’affectivisme soutient que les intuitions sont des expériences affectives, ou plus précisément : ce sont des cas spécifiques de sentiments épistémiques, de sentiments de vérité et de sentiments de fausseté. Dans un premier temps, l’état cible dont l’affectivisme est une théorie est distingué d’autres choses que nous appelons aussi « intuition ». Le profil caractéristique des « intuitions » au sens des expériences intuitives ciblées par la théorie est ensuite décrit : Les expériences d’intuition sont des états mentaux conscients qui sont (partiellement) caractérisés par leur phénoménologie caractéristique (mais pas nécessairement sui generis). Elles sont en outre 1) intentionnelles, 2) assertives, 3) motivationnelles, 4) non engageantes, 5) susceptibles de degrés dans 5.1) leur contenu et 5.2) leur insistance, 6) phénoménologiquement épistémiquement valuées (autrement dit, il existe des intuitions positives concernant la vérité et négatives concernant la fausseté) et 7) non volontaires. Nous soutenons qu’une bonne théorie des expériences intuitives doit rendre compte de ce profil de caractéristiques et ainsi qu’une bonne réponse à la question directrice devrait être capable de reconnaître et d’expliquer ces caractéristiques. Les théories de l’intuition existantes donnent les réponses suivantes : L’Eliminativisme soutient que le terme « intuition » n’a pas d’extension—les intuitions n’existent pas. Le doxasticisme soutient que les intuitions sont des états doxastiques. Le perceptualisme soutient que les intuitions sont semblables aux expériences perceptuelles. Nous démontrons que toutes les approches existantes sont insatisfaisantes. Soit elles ne sont pas en mesure de reconnaître les caractéristiques des intuitions, soit elles ne sont pas en mesure de les expliquer (soit elle ne peuvent ni l’un ni l’autre). Le reste de la thèse est consacré au développement d’une nouvelle théorie de l’intuition : l’Affectivisme Intellectuel. La réponse à la question directrice est la suivante : les intuitions sont des expériences affectives, ou plus précisément : il s’agit de cas spécifiques de sentiments épistémiques, de sentiments de vérité et de sentiments de fausseté. Pour motiver cette réponse, le type psychologique des sentiments ou expériences affectives est introduit et caractérisé : les expériences affectives, dont les sentiments corporels tels que la douleur ou le plaisir corporel et les sentiments émotionnels tels que la peur ou la joie sont des sous-classes paradigmatiques, sont valuées, excitatoires, motivationnelles et riches intentionnellement en s’engageant dans une division du travail représentationnel avec les autres états mentaux. Ensuite, la classe des sentiments épistémiques est introduite et caractérisée. La thèse défend ensuite l’idée que les sentiments épistémiques sont des expériences affectives. Une fois cela établi, elle identifie et analyse ensuite des sentiments épistémiques spécifiques comme candidats prometteurs pour une identification avec des expériences intuitives : sentiments de justesse et leurs contraires. Il s’avère qu’une variété propositionnelle de ces sentiments, les sentiments de vérité et les sentiments de fausseté, a le même profil caractéristique que les expériences intuitives. Nous soutenons ainsi que les intuitions positives doivent être identifiées aux sentiments de vérité et les intuitions négatives doivent être identifiées aux sentiments de fausseté. En vertu du fait que ces sentiments sont des expériences affectives, l’affectivisme non seulement reconnaît les caractéristiques des intuitions, mais les explique aussi. Les intuitions ont les caractéristiques qui sont les leurs pour essentiellement les mêmes raisons que les sentiments corporels et émotionnels les ont- parce qu’elles sont des expériences affectives (spécifiques). Avant de conclure sur les implications de l’affectivisme, nous menons dans le reste de cette thèse une première exploration de la relation entre les sentiments de vérité et de fausseté et la vérité et la fausseté objectives.

______________


Thesis Abstract :

The guiding question of the present thesis is : “What kind of states are intuitions ?” The answer developed here is Intellectual Affectivism or Affectivism (about intuitions). Affectivism claims that intuitions are affective experiences, or more precisely : they are specific instances of epistemic feelings, feelings of truth and feelings of falsity. First, the target state of which Affectivism is a theory is delineated from other things we call “intuition”. Then the feature profile of “intuitions” in the target sense of intuition experiences is outlined : Intuition experiences are occurrent conscious mental states that are (partially) characterised by their characteristic (but not necessarily sui generis ) phenomenology. They are furthermore 1) intentional, 2) assertive, 3) motivational, 4) noncommittal, 5) gradable in 5.1) content and 5.2) pushiness, 6) phenomenally epistemically valenced (i.e. there are positive intuitions concerning truth and negative intuitions concerning falsity) and 7) nonvoluntary. It is argued that this feature profile needs to be accommodated by a good theory of intuition experiences, i.e. a good answer to the guiding question should be able to acknowledge and explain these features. Extant intuition theories provide the following answers : Eliminativism claims the term “intuition” has no extension — intuitions do not exist. Doxasticism claims intuitions are doxastic states. Perceptualism claims intuitions are similar to perceptual experiences. It is shown that all the existing answers are unsatisfactory. Either they cannot acknowledge the features of intuitions or they cannot explain them (or both). The rest of the thesis is dedicated to the development of a new intuition theory : Intellectual Affectivism . The answer it gives to the guiding question is the following : intuitions are affective experiences, or more precisely : they are specific instances of epistemic feelings, feelings of truth and feelings of falsity. To motivate this answer, the psychological kind of feelings or affective experiences is introduced and characterised : affective experiences, of which bodily feelings such as bodily pain or pleasure and emotional feelings such as fear or joy are paradigmatic subclasses, are valenced, arousing, motivational and richly intentional by engaging in a division of representational labour with other mental states. Then the class of epistemic feelings is introduced and characterised. The thesis proceeds to make a case for epistemic feelings being affective experiences. Having established that, it goes on to identify and analyse specific epistemic feelings as promising candidates for an identification with intuition experiences : feelings of rightness and feelings of wrongness. It turns out that a propositional variety of these feelings, feelings of truth and feelings of falsity, has the same feature profile as intuition experiences. Thus, the claim goes, positive intuitions are to be identified with feelings of truth and negative intuitions are to be identified with feelings of falsity. In virtue of these feelings being affective experiences, Affectivism cannot only acknowledge the features of intuitions but also explain them. Intuitions have the features they have for essentially the same reasons as bodily and emotional feelings have them —because they are (specific) affective experiences. Before concluding on the implications of Affectivism, the remainder of this thesis makes a first exploration of the relationship between feelings of truth and falsity and actual truth and falsity.

 


EHESSCNRSENS