Institut Jean Nicod

Accueil du site > Séminaires & Colloques > Cycles de conférences > Archives > 2014-2015 > Susan GOLDWIN-MEADOW > Presentation



Presentation

 

Le Professeur Susan Goldin-Meadow

(Université de Chicago)

donnera deux conférences les 16 et 17 décembre prochains.
Ces conférences sont organisées par le groupe LINGUAE
et le groupe de langue des signes de l'IJN

 

L'interprétation en LSF sera fournie sur demande. La demande doit être faite avant le 25 novembre. Merci de vous inscrire en envoyant un email à linguae.paris@gmail.com.

Détails des conférences:
Titre: Le geste comme un mécanisme de changement
Lieu: ENS, 45 rue d'Ulm, Salle Cavaillès (50 places)
Date et heure: mardi 16 décembre à 10h30

Titre: De la gestuelle 'maison' (homesign) à la langue des signes: Création d'une langue dans la modalité manuelle
Lieu: ENS, 45 rue d'Ulm, Salle Becket (30 places)
Date et heure: mercredi 17 décembre à 11h30


Le geste comme un mécanisme de changement

Résumé :
Les gestes spontanés, que les gens produisent quand ils parlent, peuvent indexer une instabilité cognitive et reflètent les pensées pas encore trouvées dans le discours. Mais le geste peut aller au-delà de la réflexion de jouer un rôle dans la modification de la pensée. Je considère que le geste provoque le changement parce qu'il est lui-même une action et apporte ainsi une action dans nos représentations mentales. Je fournis la preuve de cette hypothèse, mais suggère que ce n'est pas tout. Le geste est un type particulier d'action - il est représentatif et donc plus abstrait que l'action directe sur les objets, ce qui, peut être, permet au geste de jouer un rôle dans l'apprentissage.

De la gestuelle 'maison' (homesign) à la langue des signes: Création d'une langue dans la modalité manuelle.

Résumé :
Imaginez un enfant qui n'a jamais vu ou entendu parler une langue. Est-ce qu'un tel enfant est capable d'inventer son propre langage? Malgré ce que l'on peut supposer, la réponse à cette question est «oui». Je décris des enfants sourds de naissance qui ne peuvent pas apprendre la langue parlée qui les entoure, et qui n'ont pas encore été exposés à la langue des signes, ni par leurs parents ni à l'école 'orale'. Néanmoins, les enfants utilisent leurs mains pour communiquer - ils font des gestes - et ces gestes, appelé 'homesigns', prennent beaucoup de formes et de fonctions du langage. Je décris d'abord les propriétés du langage que nous trouvons dans le 'homesign'. Ensuite, je considère les propriétés du langage que les homesigners peuvent et ne peuvent pas développer, en comparant leurs systèmes linguistiques à ceux développés par les personnes sourdes, au Nicaragua. Il y a quarante ans, un grand nombre de homesigners ont été réunis pour la première fois et la langue des signes du Nicaragua (NSL) est née; la NSL continue de se développer tant que des nouvelles vagues d'enfants entrent dans la communauté et apprennent à signer avec leurs pairs plus âgés. Je finis avec une approche expérimentale: quand le geste utilise ou pas les propriétés linguistiques. J'examine des personnes entendantes, à qui nous avons demandé de ne pas parler, et qui à la place communiquent en utilisant seulement leurs mains. Bien que ces 'entendants silencieux' peuvent créer des propriétés de langage sur place, ils ne créent pas toutes les propriétés que les homesigners développent au fil du temps.

 

 

 


EHESSCNRSENS