Institut Jean Nicod

Accueil du site > Séminaires & Colloques > Autres activités > Soutenance de thèse - Tristan Thommen : "Slurs in Speech and (...)



Soutenance de thèse - Tristan Thommen : "Slurs in Speech and Thought"

Le jury sera composé de :

BIANCHI Claudia, Professeur à l’Université Vita Salute San Raffaele de Milan
MARQUES Teresa, Professeur à l’Université de Barcelone
MUREZ Michael, Maître de conférences à l’Université de Nantes
RECANATI François, Directeur de recherches au CNRS (directeur de thèse)
SPECTOR Benjamin, Directeur de recherches au CNRS (directeur de thèse)


Abstract :
The present work investigates the structure, function and cognitive underpinnings of slurring terms (such as "boche"). Slurring terms, and the mental correlates that I posit they have, raise interesting and possibly fundamental issues about the nature of meaning, about expressivity in natural language, about the role of emotions in categorization. I discuss these questions - among many others - by studying different existing or original accounts of the phenomenon. I present novel linguistic evidence against linguistic views such as truth-conditional or presuppositional accounts, and develop new psychological (i.e. non-linguistic) theories of the phenomenon based on a connection with response-dependent concepts, or with essentialist concepts. The interesting linguistic properties of slurs, such as projection and expressivity, appear to be the linguistic consequences of the essentially mental fact that concepts may be loaded with emotional or evaluative content.

 

​Résumé :
Cette thèse s’intéresse à la structure, aux fonctions, et aux bases cognitives des termes d’offense (tels que le terme "boche"). Les termes d’offense, ainsi que leurs équivalents psychologiques, posent des problèmes intéressants et possiblement fondationnels à propos de la nature de la signification, de l’expressivité dans les langues naturelles, du rôle des émotions dans la catégorisation. Ce travail discute de ces questions - ainsi que de nombreuses autres - en s’intéressant à différentes théories existantes ou originales du phénomène. De nouvelles données linguistiques sont mises en avant qui remettent en cause des théories linguistiques telles que les visions vériconditionnelles ou présuppositionnelles du phénomène, et de nouvelles théories non-linguistiques du phénomène sont développées, invoquant les concepts de qualité seconde ou la notion d’essence. Les propriétés linguistiques particulières des termes d’offense, telles que la projection ou l’expressivité, apparaissent dans ce travail être des conséquences linguistiques d’un phénomène essentiellement psychologique : la possibilité d’une composante émotionnelle ou évaluative dans la structure même des concepts.


EHESSCNRSENS