Institut Jean Nicod

Accueil du site > Membres > Archives > 2011-2012 > 2.PhD > Présentation



Présentation

Email : gregory.bochner@ehess.fr

 

Mon travail se situe à l’intersection entre la philosophie du langage, la philosophie
de l’esprit, la sémantique, et la pragmatique.

J’ai récemment défendu ma thèse de doctorat, rédigée en co-tutelle sous la direction de François Recanati à l’Institut Jean Nicod et de Philippe Kreutz à l’Université Libre de Bruxelles, et intitulée Sens des noms et contingence : Vers une théorie internaliste de la référence directe.

 

Ma thèse est un essai sur la référence des noms dans le langage et la pensée. Selon la Théorie de la Référence Directe, aujourd’hui dominante en philosophie du langage, le contenu sémantique d’un nom propre est directement son référent (Chapitre 1). Or, malgré son succès récent, cette théorie Référentialiste se heurte à deux obstacles majeurs, reconnus depuis Frege et Russell : les Problèmes de la Co-référence et de la Non-Référence. La réponse traditionnelle à ces problèmes consistait précisément à abandonner la conception Référentialiste en faveur d’un Descriptivisme selon lequel le contenu sémantique d’un nom propre serait, non pas son référent, mais une condition descriptive (Chapitre 2). Toutefois, c’est aussi ce Descriptivisme traditionnel que les arguments formulés par les hérauts du Référentialisme moderne—dont Kripke, Putnam, et Kaplan—ont largement discrédité (Chapitre 3). Les outils théoriques développés dans le cadre de la sémantique des mondes possibles permettent de reformuler les problèmes générés par le Référentialisme en termes d’opacité des intensions linguistiques et d’Illusions Modales (Chapitre 4). A ce stade, la théorie sémantique des noms semble dans une impasse : d’une part, le Référentialisme moderne recrée des problèmes que le Descriptivisme classique devait résoudre, mais d’autre part, ce Descriptivisme paraît bel et bien réfuté par l’argumentation des Référentialistes. Aussi, une réaction commune a été de chercher à concilier le Référentialisme et une forme de Descriptivisme au sein d’une même théorie sémantique. Cependant, un examen approfondi révèle que les différentes versions de cette stratégie échouent (Chapitre 5). Une autre réaction, elle aussi œcuménique, a été d’opérer une distinction entre deux types de contenus qui seraient associés avec les noms et les phrases dans lesquels ceux-ci figurent : le premier contenu serait descriptif, tandis que le second serait référentiel. Le cadre offert par un tel Bi-Dimensionnalisme a reçu plusieurs interprétations très différentes (pragmatique, sémantique, métasémantique) ; mais c’est une nouvelle version, métasyntaxique, qui est défendue dans ce travail (Chapitre 6). Le Bi-Dimensionalisme métasyntaxique autorise une séparation radicale entre langage et pensée : tandis que les pensées de leurs utilisateurs peuvent rester descriptives, les noms sont censés référer directement par eux-mêmes, indépendamment des états mentaux de leurs utilisateurs. Dès lors, les noms doivent être considérés comme des objets appartenant au monde extérieur, au même titre que des objets ordinaires tels que les arbres ou les chaises, et non comme des objets mentaux. Une métaphysique externaliste des noms est proposée, ainsi qu’une épistémologie assortie, selon laquelle les noms externes sont décrits dans l’esprit à travers une description de leur référence (Chapitre 7). La stratégie générale qui est défendue dans ce travail revient à combiner une Théorie de la Référence Directe dans le langage avec une conception Descriptiviste (et donc, Internaliste) de la pensée. Aussi, certains arguments influents—émis par notamment Burge—censés établir un Référentialisme non seulement linguistique mais aussi mental (et donc, un Externalisme) sont rejetés ; il est en outre défendu qu’une vision Non-Descriptiviste du mental apparaît incapable de garantir la transparence introspective des pensées, cependant indispensable, notamment pour résoudre et même poser les Problèmes de Co-Référence et de Non-Référence (Chapitre 8). 

 

 


EHESSCNRSENS