Institut Jean Nicod

Accueil du site > Accueil > Nouvelles Publications > Pourquoi aime-t-on un film ? Quand les sciences cognitives discutent des (...)



Pourquoi aime-t-on un film ? Quand les sciences cognitives discutent des goûts et des couleurs

Alessandro Pignocchi.

Pourquoi aime-t-on un film ? Quand les sciences cognitives discutent des goûts et des couleurs (Odile Jacob).

Je défends que l'appréciation d'un film repose sur les états mentaux que nous attribuons – pour la plupart inconsciemment – au réalisateur et à ses collaborateurs. Je rapproche la réception d'un film de nos interactions sociales quotidiennes en employant la Théorie de la Pertinence de Sperber et Wilson. Je la modifie au passage, en la situant dans le paradigme de la cognition incarnée, pour qu'elle rende plus efficacement compte des actes de communication floue, notamment de la métaphore. La création artistique en général, et cinématographique en particulier, apparaît comme un prolongement de notre faculté à extérioriser, via la communication floue, des états mentaux qui s’accommodent mal d'une formulation verbale trop explicite.


EHESSCNRSENS